Appelez le : 02 97 01 36 94 Prenez Rendez-Vous en ligne

Plastie mammaire et et correction de ptose

PLASTIE MAMMAIRE DE REDUCTION – CORRECTION DE PTOSE

But de l’intervention:
Réduire le volume des seins et/ou corriger la ptose.
Conditions de prise en charge par la sécurité sociale:
Lorsque le volume du sein est important nécessitant une exérèse de plus de 300 g, l’intervention est prise en charge par la Sécurité Sociale sans demande d’entente préalable.

Déroulement de l’intervention :
L’intervention se déroule sous anesthésie générale et dure 2 heures. Les cicatrices sont en général en T inversé avec une cicatrice péri-aréolaire, une cicatrice verticale et une cicatrice sous-mammaire. Dans quelques cas, on peut limiter les cicatrices à une portion verticale et péri-aréolaire. Des drains sont systématiquement mis en place.

Suites opératoires :
Les suites opératoires sont en général peu douloureuses. L’hospitalisation dure 2 ou 3 jours.
Le jour de la sortie, le pansement et les drains sont enlevés et un soutien-gorge de contention est immédiatement mis en place. Dés la sortie, la patiente peut prendre des douches, nettoyer les cicatrices avec de l’eau et du savon puis avec un antiseptique qui aura été prescrit. Les fils sont enlevés vers le 10° jour. Le soutien-gorge doit être porté jour et nuit pendant 1 mois et la journée le mois suivant. Les activités sportives peuvent être reprises après le 2° mois.
Les cicatrices sont massées à partir de la 3 ° semaine pour les atténuer et les assouplir le plus rapidement possible. Leur évolution sera définitive au bout d’un an.
Un arrêt de travail de 2 ou 3 semaines peut être prescrit.

Incidents et complications :
Comme toute intervention chirurgicale, cette opération comporte des risques. Cette liste n’étant pas exhaustive, on peut citer:
– Hématome : un syndrome hémorragique post opératoire important peut nécessiter une
intervention sous anesthésie générale pour le contrôler.
– Infection: elle cède en général avec un traitement local adapté et des antibiotiques.
– Problèmes cicatriciels : Pour des facteurs individuels, les cicatrices peuvent devenir hypertrophiques (rouge, épaisses, inflammatoires) nécessitant des massages avec une pommade aux corticoïdes. Cette évolution hypertrophique est plus fréquente chez les femmes jeunes. Si les cicatrices finales ne sont pas d’excellente qualité, une reprise chirurgicale est toujours possible 6 mois ou 1 an après l’intervention initiale, sous anesthésie locale le plus souvent.

En cas de réalisation d’une plastie mammaire de réduction avec cicatrice péri-aréolaire et cicatrice verticale pure, dans un premier temps, la partie inférieure de la cicatrice verticale peut revêtir un aspect froncé, inesthétique. Cet aspect disparaît au cours des mois qui suivent l’intervention. Si l’aspect n’est pas pleinement satisfaisant au bout de 6 mois, une reprise chirurgicale sous anesthésie locale peut être envisagée, à l’origine d’une courte cicatrice horizontale sous-mammaire.